Notre politique du grand âge

Les + de 75 ans souffrent d'isolement social. Nous luttons contre.

Notre diagnostic

Nombre de personnes de plus de 75 ans souffrent d’isolement social, soit une personne âgée sur quatre. Par ailleurs, le coût moyen d’un Ehpad est de près de 2 000 euros, soit près de 30% de plus que la retraite moyenne des seniors. Avec une population vieillissante, le département va être mobilisé de manière croissante sur le sujet de la dépendance, et notamment sur les EHPAD dont il a la charge. Si l’économie du grand âge représente une opportunité d’emploi, notamment pour les publics relevant de l’aide sociale, ce changement de paradigme impose de réinventer l’approche sociale et de santé actuellement en vigueur.

La gestion de l’autonomie grand âge est un exemple des contraintes du millefeuille administratif. Les personnes se retrouvent à gérer des situations d’urgence sans l’anticipation nécessaire par manque de prévention et de contacts clairs définis.

Les PAT (Pôles Autonomie Territoriaux) se mélangent avec l’action des CCAS, des CLICS (Centres locaux d’information) et des CGL (Centres gérontologiques locaux).

L’enjeu va être de traiter les boomers correctement : ne pas absorber le nombre par une baisse de la qualité et assurer la proximité

Quand on lit le rapport de la Chambre régionale des comptes sur la gestion de l’EPHAD d’Ablis de 2013 à 2019, on ne peut que constater que la gestion n’est pas rigoureuse. La chambre adresse à l’établissement dix recommandations dont cinq rappels au droit.


Nos propositions

Création à l’échelle du département d’un programme de formation et prévention

  • Il sera distribué à chaque commune du département et sera intitulé : « liberté égalité longévité »

  • Informer : généraliser le guichet unique pour les personnes âgées et les aidants, notamment en le déployant dans l’ensemble des maisons France Service du département ; Simplifier l’accès à l’information pour anticiper et ne pas agir dans l’urgence, et l’accès aux structures

  • Décliner en différents ateliers sur quelques mois aux mêmes périodes de l’année un programme commun dans chaque ville dont chaque atelier serait animé bénévolement par un jeune retraité pour des personnes plus âgées de la ville : sorte de « passage de témoins » et sensibilisation des personnes de plus de 60 ans

        • Programme 1 : équilibre à tout âge : s’outiller pour prévenir les chutes et conserver une vie active

        • Programme 2 : préserver sa mémoire

        • Programme 3 : découvrir les aides du département et comment s’en servir

        • Programme 4 : le juridique

        • Programme 5 : les aides digitales

        • Programme 6 : institutionnalisation, il faut quand même en parler…

        • Programme 7 : Atelier de synthèse : « Je prends ma vieillesse en main » : Rédaction de directives anticipées

Mise en place du plan 1 senior, 1 solution

Notre promesse : garantir à chaque personne âgée une solution d’accompagnement de ses vieux jours.

  • Le département agira résolument afin de permettre le maintien à domicile des personnes âgées qui le souhaitent en y concentrant ses moyens. Pour les personnes dépendantes, il assurera une prise en charge sociale et de qualité au sein d’hébergements diversifiés, dont les EHPAD.

  • Proposer des services de qualité à un coût raisonnable permettant de bien vieillir chez soi puis de rejoindre des établissements spécialisés : faire un audit des dispositifs et des établissements : leur utilité, leur coût, leur redondance....

  • S’appuyer sur les CCAS qui sont les vraies structures de proximité pour les PA, existant dans chaque ville avec du personnel du conseil département qui se déplace dans les CCAS par vacation ou RDV. Cette structure devrait être abritée dans un bâtiment appelé « Collège des aînés » qui abriterait le SSAD ou SIAD : les PA pourraient s’y retrouver pour des ateliers, déjeuner, gym douce … les IDE, aide à domicile, auxiliaires de vie se déplaceraient à domicile avec un planning permettant au moins une visite par jour à chacun

  • Encourager le maintien à domicile : par des financements pour aménager le domicile, renforcer les places en accueil de jour, distribuer des packs domotiques (bracelets d’alerte, détecteur de chute, bandes fluorescentes), mettre en place un service de relayage d’aide à domicile fonctionnant 7 jours sur 7 pour offrir des temps de répit aux aidants

  • Adapter les Ehpad sur l’ultra-dépendance : lorsque le maintien à domicile n’est pas possible, le département garantira une place en EHPAD grâce à un plan d’investissement, de construction et de formation adapté à la démographie territoriale

  • Assurer en lien avec les Agences régionales de santé, la présence de personnels médicaux et d’animation dans la totalité des maisons de retraites et EHPAD, en contractualisant si nécessaire avec l’État

  • Démocratiser les Ehpad : une tarification sociale ou un “surloyer solidaire” limité peuvent être mis en place pour réduire le coût pour les plus modestes. En plus, aucun frais ne sera prélevé sur l’héritage d’un pensionnaire si ce dernier ne pouvait payer la totalité des loyers en EHPAD.

Revaloriser le travail des professionnels

Nous mettrons en place de nombreuses initiatives qui permettront la revalorisation de ceux qui travaillent dans ce secteur courageux

  • Etude de grande ampleur nationale à décliner dans chaque département de comparaison du prix d’une prise en charge en EPHAD / maintien à domicile

  • Valorisation du rôle d'aide à domicile, définition d'« un contrat moral entre l’aide et la personne âgée » de respect mutuel.

  • Création d’un BAFAD : brevet d’aptitude aux fonctions d’aide à domicile : formation d’étudiant pour que l’été il puisse remplacer une aide à domicile en congés

  • Aide aux aidants pour diminuer le fardeau : augmenter le nombre de jour de prise en charge en accueil de jour (au moins 2 fois par semaine)

  • Partenariat avec des « start up » locales tel « socoon » (socoon.fr) qui propose une plateforme sur smartforme de mise en relation d’une PA avec un aidant notamment étudiant de proximité géolocalisé autour de la PA.


Rejoignez-nous